L’IEOM publie les balances des paiements 2011 de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française

En 2011, les balances des paiements des deux collectivités enregistrent des évolutions très contrastées de leur compte de transactions courantes.

En Nouvelle-Calédonie, le compte de transactions courantes affiche un déficit record. L’accentuation de ce déficit est notamment imputable aux échanges de biens, compte tenu de l’alourdissement de la facture énergétique et de la hausse des importations d’ensembles industriels, ainsi qu’aux revenus, dont le solde excédentaire se replie.

En Polynésie française, la balance des transactions courantes présente un excédent en hausse. Alors que le déficit des biens se contracte en liaison avec la faiblesse de la demande interne, l’excédent des services progresse, de même que celui des revenus.

Logiquement, cette divergence se retrouve également dans l’évolution du compte financier.

En Nouvelle-Calédonie, le solde positif du compte financier montre des entrées nettes élevées liées aux flux d’investissements directs entrants, qui traduisent l’importance des projets métallurgiques en cours.

En Polynésie française, le compte financier n’est que faiblement déficitaire, compte tenu, notamment, d’un mouvement de rapatriements de fonds compensant partiellement les sorties nettes d’autres investissements.

Retrouvez l’ensemble des résultats et analyses dans trois publications :

Informations concernant l’élaboration des balances des paiements des COM du Pacifique

L’élaboration des balances des paiements est prise entièrement en charge par l’IEOM depuis 2009. Le dispositif de collecte des données prend pour référence les textes réglementaires de l’IEOM, dont l’assise légale est donnée par la LODEOM et qui seront prochainement remis à jour. De 1999 à 2008, les balances des paiements des COM étaient publiées sous double timbre de la Banque de France et de l’IEOM, sur mission du Trésor.

La balance des paiements d’un pays ou d’une zone économique est l’état statistique qui récapitule les transactions économiques et financières entre les résidents du pays - ou de la zone économique - et les non-résidents. Elle permet d’évaluer de façon globale l’insertion d’un pays dans son environnement extérieur et constitue un instrument unique pour l’analyse et la conduite des politiques économiques et monétaires.

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne