Les balances des paiements de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française : une mise en perspective (2000-2012)

L’Institut d’émission d’Outre-mer publie une note tirant les principaux enseignements des balances des paiements de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française entre 2000 et 2012.

La balance des paiements retrace l’ensemble des échanges d’une économie avec l’extérieur [1] et constitue un instrument d’analyse des économies. Mises en perspective sur la période 2000 – 2012, les balances des paiements de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française éclairent les trajectoires très différentes suivies par ces deux économies :

  • En Nouvelle-Calédonie, les besoins croissants en biens et services liés à la construction de deux usines métallurgiques expliquent l’accentuation, à partir de 2005, du déficit des transactions courantes. En contrepartie, la Nouvelle-Calédonie a bénéficié d’entrées de capitaux très importantes au titre des investissements directs dans la deuxième moitié de la période.
  • En Polynésie française, la situation est en quelque sorte inverse : si la spécialisation dans le secteur touristique permet au territoire de dégager des excédents récurrents du solde des services, elle ne lui permet pas, à elle seule, de compenser le déficit des échanges de biens. Aussi, le léger excédent des transactions courantes de la Polynésie française s’explique notamment par les excédents liés aux revenus et aux transferts courants.

Les deux territoires affichent un faible taux d’ouverture et un solde négatif des échanges de biens et services.

Enfin, une balance des paiements représentative de la zone franc Pacifique dans son ensemble peut être calculée en « combinant » la balance de la Nouvelle-Calédonie et celle de la Polynésie française : cette balance globale de la zone montre depuis 2008 un déficit des transactions courantes de la zone, financé par des entrées nettes d’investissements directs.

Pour lire :

Notes :

[1La balance des paiements retrace, dans son compte de transactions courantes, les échanges de biens, services, revenus et transferts courants et, dans son compte financier, les investissements directs, investissements de portefeuille et autres investissements.

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne