FAQ - La foire aux questions
Fin de circulation des anciens billets en F CFP

Les nouveaux billets en F CFP ont été mis en circulation dans les trois territoires français du Pacifique le 20 janvier 2014. La période de double circulation des deux gammes de billets (ancienne et nouvelle) prend fin le 30 septembre 2014. Après cette date, seuls les nouveaux billets en F CFP peuvent être utilisés comme moyen de paiement.


1/ A quoi correspond la date du 30 septembre 2014 ?
Le 30 septembre 2014 est le dernier jour où les anciens billets en F CFP peuvent encore être utilisés comme moyens de paiement, par exemple pour régler des achats chez un commerçant. Au-delà de cette date, c’est-à dire à compter du 1er octobre 2014, les billets de l’ancienne gamme seront privés de ce que l’on appelle le "cours légal", ce qui signifie qu’ils ne pourront plus être utilisés comme moyen de paiement. Ils ne perdent pas pour autant leur valeur, mais ils ne peuvent être échangés qu’aux guichets de l’IEOM.


2/ Par qui et comment la date du 30 septembre a-t-elle été choisie ?
La décision de fixer au 30 septembre 2014 la fin de la double circulation des billets de l’ancienne et de la nouvelle gamme a été prise par le Conseil de surveillance de l’IEOM lors de sa réunion du 18 décembre 2012, après avoir recueilli l’avis des trois places bancaires. C’est notamment pour tenir compte des contraintes propres à l’insularité des collectivités françaises du Pacifique et de la place encore importante qu’y joue le billet en tant que moyen de paiement que le Conseil de surveillance a opté pour une période de double circulation relativement longue (un peu plus de 8 mois).


3/ Les trois collectivités françaises du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna) suivent-elles le même calendrier de fin de circulation des anciens billets en F CFP ?
Oui, le calendrier de fin de circulation des anciens billets en F CFP est le même pour la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna. Il a fait l’objet de publications aux journaux officiels de ces trois territoires (JONC du 12/06/2014, JOPF du 13/06/2014, JOWF du 15/06/2014).


4/ Il me reste des anciennes coupures, puis-je encore les utiliser ?
Oui : jusqu’au 30 septembre 2014 inclus, les anciennes coupures peuvent être utilisées comme moyen de paiement, par exemple pour régler des achats chez un commerçant, ou être déposées en compte bancaire. Au-delà de cette date, les billets de l’ancienne gamme pourront encore être échangés, mais seulement aux guichets des agences de l’IEOM. 

Dans quelques cas particuliers (notamment pour les habitants de zones éloignées des agences IEOM : île de Futuna, archipels des Marquises, des Tuamotu, des Australes et des Gambier), certaines agences bancaires accepteront le versement en compte de billets de l’ancienne gamme pendant une période complémentaire (cf. question 14).


5/ Quel montant maximal puis-je régler avec des billets de l’ancienne gamme ?
Depuis le 4 juin 2014 (décret n°2014-585, qui a étendu aux collectivités françaises du Pacifique la limitation de paiement en espèces prévue par les articles L. 112-6 et D. 112-3 du code monétaire et financier), les paiements en espèces sont limités à 358 000 F CFP pour les particuliers ou les professionnels résidant fiscalement sur le territoire de la République française.


6/ Que faire d’une épargne constituée d’anciens billets en F CFP ?
Une épargne constituée d’anciens billets en F CFP peut être déposée sur un compte bancaire jusqu’au 30 septembre 2014 inclus. À partir du 1er octobre 2014, les billets en question ne peuvent plus être versés sur un compte bancaire mais doivent être échangés aux guichets de l’IEOM seulement.

Lors de ces opérations de versement en compte ou d’échange, les établissements bancaires et l’IEOM sont tenus de demander certaines informations ou pièces justificatives, notamment sur l’origine des fonds recueillis.


7/ Un commerçant peut-il refuser un règlement avec des anciens billets ?
Les professionnels sont tenus d’accepter les anciennes coupures jusqu’au 30 septembre 2014 inclus. À partir du 1er octobre 2014, plus aucun commerçant n’accepte les règlements avec les billets de l’ancienne gamme.


8/ Et après le 30 septembre 2014 ?
Après le 30 septembre 2014, seuls les paiements réalisés avec des billets de la nouvelle gamme sont acceptés par les professionnels. Les anciennes coupures restent néanmoins échangeables sans limitation de durée auprès des agences de l’IEOM, selon certaines modalités et sur présentation de pièces justificatives.


9/ Une fois retirées de la circulation, que deviennent les anciennes coupures ?
Les anciens billets en F CFP collectés depuis le 20 janvier par l’IEOM sont progressivement retirés de la circulation et détruits. Depuis le 20 janvier 2014, l’IEOM émet uniquement des nouveaux billets en F CFP.


10/ Quelles sont les modalités particulières d’échanges de billets pour mon territoire (horaires d’ouverture, justificatifs à apporter…) ?
À partir du 1er octobre 2014, les échanges s’effectuent auprès des agences IEOM de Nouméa, Papeete et Mata’Utu. Pour plus de renseignements (horaires d’ouverture, justificatifs à présenter, plan d’accès), vous pouvez consulter la page du site Internet dédiée à votre géographie : Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna.


11/ Quelles pièces justificatives sont à présenter dans le cadre d’un échange de billets ?
Pour tous les échanges, un formulaire comportant vos informations personnelles est à remplir. Puis, en fonction de votre statut (personne physique, société civile, association…), une liste des justificatifs à fournir est disponible en agence ou consultable sur le site Internet.


12/ Y a-t-il une limite de montant pour effectuer des échanges d’anciens billets en F C FP ?
Non, il n’y a pas de limite de montant pour effectuer un échange. Toutefois, pour les échanges de montants supérieurs à 200 000 F CFP, il est nécessaire de prendre rendez-vous avec votre agence IEOM.


13/ Je suis en voyage sur un autre territoire, et il reste en ma possession des billets de l’ancienne gamme, où puis-je les échanger ?
Les billets de l’ancienne gamme peuvent être échangés aux guichets de l’une ou l’autre des trois agences de l’IEOM (Nouméa, Papeete, Mata’Utu), sans limitation de durée. Ils peuvent également être échangés, en métropole, aux guichets de la succursale de la Banque de France située au 48 boulevard Raspail à Paris 6ème (jusqu’au 31/12/2014)


14/ J’habite sur une île éloignée et ne peux me rendre facilement en agence IEOM, comment puis-je me défaire des anciennes coupures ?
Pour les habitants des archipels des Marquises, des Tuamotu, des Australes et des Gambier, les banques Socredo, Banque de Tahiti et l’OPT acceptent vos anciens billets en F CFP pour un dépôt en compte du 1er octobre 2014 au 31 mars 2015. Pour les habitants de Futuna, les billets de l’ancienne gamme sont acceptés pour un dépôt en compte auprès de la CFIP (Trésor Public) et de la BWF jusqu’au 31 décembre 2014.

Nouveaux billets en F CFP

Compacts, plus modernes, mieux sécurisés, facilement reconnaissables par les malvoyants, les billets de la future gamme, conçus en étroite concertation avec les autorités des trois collectivités du Pacifique, valorisent par leurs motifs et graphismes l’exceptionnel patrimoine culturel, artistique de chacun des territoires concernés ainsi que la richesse de leur faune et de leur flore.


Pourquoi changer les billets actuels ?
Parce qu’ils sont obsolètes (leur conception remonte à 45 ans pour certains). En outre, ils ne correspondent plus aux standards actuels en termes de sécurité, de taille ou de design.


Les pièces de monnaie en francs CFP sont-elles concernées par ce changement ?
Non, seuls les billets vont être remplacés. La gamme de pièces a déjà bénéficié en 2007 des améliorations techniques nécessaires.


Quels billets vont changer ?
Tous les billets de la gamme actuelle, c’est-à-dire les billets de 500, 1 000, 5 000 et 10 000 FCFP vont être remplacés.


Les trois collectivités du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna) sont-elles concernées par ce changement de billets ?
Oui. Ce changement aura lieu simultanément dans les trois territoires.


Les futurs billets seront-ils les mêmes dans les trois collectivités ?
Comme aujourd’hui, les futurs billets seront identiques et communs aux trois territoires, avec une face « calédonienne », une face « polynésienne » et des signes wallisiens et futuniens sur chacune des faces.


Qui a choisi les motifs et le graphisme des futurs billets ?
Ce sont les autorités locales de chaque collectivité qui ont choisi et validé les motifs qui figurent sur les futurs billets : en organisant un concours en 2008 pour la Nouvelle-Calédonie et à partir des propositions de maquettes qui leur ont été faites par l’IEOM pour la Polynésie française et Wallis-et-Futuna.


A quoi ressembleront les futurs billets ?
Chaque coupure se distingue par un thème différent et une couleur spécifique :

  • 500 FCFP : flore et végétation, dans un camaïeu de vert
  • 1 000 FCFP : faune, dans un camaïeu de beige-orange
  • 5 000 FCFP : faune aquatique, dans un camaïeu de bleu
  • 10 000 FCFP : architecture, dans un camaïeu de rouge

Qu’auront de nouveau les futurs billets ?
Parmi les nouveautés, figureront des signes de reconnaissance des billets pour les malvoyants, ainsi que des sécurités les plus récentes. Ils seront aussi de taille plus réduite.


Les futurs billets seront-ils plus sûrs ?
Les futurs billets seront très sécurisés en intégrant des sécurités aux normes internationales. Certaines d’entre elles seront immédiatement reconnaissables à l’œil nu ou au toucher, d’autres à l’aide d’instruments simples (loupe, lampe UV). D’autres signes de sécurité sont réservés à l’IEOM.


Quels avantages pour la population ou les professionnels ?
Les futurs billets permettront à la population comme aux professionnels de mieux se prémunir de la contrefaçon, grâce aux nouveaux signes de sécurité utilisés. Ils seront aussi plus pratiques et fonctionnels, leur format plus compact facilitant leur prise en main et leur usage quotidien.


Quand le grand public pourra-t-il découvrir les futurs billets ?
Le public pourra découvrir les visuels des nouveaux billets en deux temps :

  • Dès le 21 octobre, l’IEOM dévoilera les visuels non définitifs des nouveaux billets à l’occasion du lancement de sa campagne de communication en Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et à Wallis-et-Futuna. Le public pourra prendre connaissance des nouveaux visuels grâce aux spots télévisuels qui seront diffusés à cette occasion, également dans la presse, auprès des agences bancaires et de l’OPT/SPT et grâce au dépliant spécialement conçu pour l’occasion, qu’ils recevront dans leur boîtes postales, ainsi que sur le site Internet de l’IEOM.
  • Ensuite, à partir du 6 janvier 2014, l’IEOM dévoilera les visuels définitifs des nouveaux billets à l’occasion d’une nouvelle vague de communication qui portera alors plus particulièrement sur les signes de sécurité de ces nouveaux billets.

Pourquoi les graphismes des futurs billets sont-ils gardés secrets jusqu’au 6 janvier 2014 ?
Pour des raisons de sécurité.


Comment pourra-t-on reconnaître l’authenticité des futurs billets ?
La campagne de communication qui sera lancée 6 janvier 2014 comprendra un volet important sur les signes de sécurité permettant de les authentifier.


Comment les mal voyants pourront-ils reconnaître les futurs billets ?
Outre la taille et la couleur différentes de chaque coupure, les valeurs faciales seront imprimées en gros caractères. De plus, des marques tactiles (carrés, traits obliques…), destinées tout particulièrement aux malvoyants, figureront sur les futurs billets.


Quelle est la date de mise en circulation de ces nouveaux billets ?
Le Conseil de surveillance de l’IEOM a décidé en décembre 2012 que la nouvelle gamme sera mise en circulation à partir du 20 janvier 2014.


Que deviendront alors les anciens billets ?
Pendant la période dite de « double circulation » qui durera jusqu’au 30 septembre 2014, il sera possible de régler ses achats soit avec les anciens billets soit avec les nouveaux. Les distributeurs automatiques de billets et les guichets des banques délivreront progressivement des billets de la nouvelle gamme. De même, les commerçants rendront la monnaie avec des billets de la nouvelle gamme, de façon à retirer rapidement de la circulation les billets de l‘ancienne gamme.


A la fin de la période de « double circulation », que faire des anciens billets ?
L’échange ne pourra alors s’effectuer qu’auprès des guichets de l’IEOM et les billets de l’ancienne gamme seront échangeables sans limitation de durée.


Combien va coûter ce changement de gamme de billets ?
Le coût de ce changement de gamme apparaît assez limité au regard des avantages en termes de sécurité et de facilité d’emploi. Les nouveaux billets auront un coût de production et de traitement très sensiblement inférieur à celui des billets actuels de sorte que l’investissement requis sera rapidement amorti.


Combien va-t-on remplacer d’anciens billets ?
Au total, ce sont 14 millions de billets qu’il faudra remplacer dans les trois collectivités, représentant une valeur de 50 milliards de FCFP.


Avec ce changement de gamme de billets en francs CFP, un éventuel passage à l’euro est-il définitivement compromis ?
Le changement de gamme de billets en FCFP ne compromet en rien un éventuel passage à l’euro. Le passage à l’euro, à supposer que les trois collectivités s’accordent pour le demander et que cette demande soit soutenue par le gouvernement français, implique, au niveau européen, un processus institutionnel relativement long et exigeant. Il fait en effet intervenir la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Conseil européen. Le tout peut prendre plusieurs années.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne