Note n°213 - Balances des paiements 2015 de Nouvelle-Calédonie et Polynésie française

Les évolutions 2015 sont contrastées : augmentation du déficit des transactions courantes en Nouvelle-Calédonie ; hausse de l’excédent en Polynésie française.

Nouvelle-Calédonie
Dans un contexte marqué par plusieurs signaux d’essoufflement de l’économie, accompagnés d’incertitudes institutionnelles et d’une dégradation du marché mondial du nickel, le déficit du compte des transactions courantes a légèrement augmenté, s’établissant à 118 milliards de F CFP en 2015 (+5,3 % sur un an).
Le déficit des échanges de biens s’accroît en 2015 (-144 milliards de F CFP), la baisse des importations d’automobiles et d’énergie n’ayant pas compensé celle des exportations de biens dérivés du nickel (-8,0 % par rapport à 2014). Le déficit des échanges de services augmente en 2015, notamment en raison de la dégradation de prés de 20 % du solde des services aux entreprises.

Le compte financier fait apparaître de moindres entrées nettes, du fait de la réduction des investissements directs entrants en Nouvelle-Calédonie, liée à la baisse des besoins de financement des projets métallurgiques.

Polynésie française
Dans un contexte économique qui s’améliore, l’excédent du compte de transactions courantes s’est accru de 7,5 milliards de F CFP sur un an à 31,3 milliards de F CFP, grâce à l’amélioration des composantes autres que les échanges de biens.
L’excédent des échanges de services progresse (+7,4 milliards de F CFP), grâce aux bonnes performances du tourisme. Les recettes touristiques s’élèvent à 50,1 milliards de F CFP en 2015, en hausse de 9,3 % sur un an. Cet excédent permet de compenser le déficit sensiblement accru des échanges de biens. En effet, les exportations reculent (-1,2 milliard de F CFP), tirées par la forte baisse des recettes de perles brutes, alors que les importations progressent (+4 milliards de F CFP) en raison d’achats importants de biens d’équipement.

Le compte financier présente des sorties nettes de 32,6 milliards de F CFP. Les entrées nettes liées aux investissements directs, faibles, ne compensent pas les sorties nettes des investissements de portefeuille et des « autres investissements ».

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne