Conseil de surveillance de l’IEOM

Le Conseil de surveillance de l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) s’est réuni le 8 juin 2016 à Paris, sous la présidence d’Anne LE LORIER, sous-gouverneur de la Banque de France, en présence de Hervé GONSARD, directeur général, ainsi que des représentants de la Polynésie française, Teva ROHFRITSCH, de la Nouvelle-Calédonie, Philippe GOMÈS, et de Wallis-et-Futuna, Pesamino FOLOKA.

Le Conseil a analysé la situation économique et monétaire des 3 territoires et a pris connaissance de l’évolution de leurs situations monétaires et bancaires.

À la lumière des éléments de conjoncture présentés, notamment l’évolution de l’inflation et des agrégats monétaires et de crédit, le Conseil de l’IEOM a décidé d’abaisser les taux directeurs de l’IEOM de la façon suivante :

  • le taux d’intérêt du réescompte est abaissé de 5 points de base, à 0,00 %, correspondant à un taux maximum pour l’entreprise bénéficiaire d’un crédit réescomptable de 2,75 % ;
  • le taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal est réduit de 5 points de base, à 0,25 % ;
  • le taux d’intérêt de la facilité d’escompte de chèque est abaissé de 5 points de base, à 0,25 % ;
  • le taux d’intérêt de la facilité de dépôt est réduit de 10 points de base, à -0,20 %.

Le Conseil de l’IEOM a par ailleurs pris la décision de rémunérer les avoirs de réserve des banques excédant les réserves obligatoires à un taux de 0 % ou au taux de la facilité de dépôt, le taux le plus bas étant retenu.

Dans le cadre de la modernisation de la politique monétaire de l’IEOM - qui a pour objet de simplifier les modalités de refinancement des établissements de crédit - le Conseil a approuvé une nouvelle baisse du taux des réserves obligatoires sur emplois, de 25 points de base à 0,75 %.

Ces décisions entreront en vigueur à compter du 21 juin 2016.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne