La conjoncture économique en Nouvelle-Calédonie au deuxième trimestre 2016

L’IEOM publie ce jour sa note d’analyse conjoncturelle du 2e trimestre 2016.

Cette publication trimestrielle de quatre pages présente un bilan de la conjoncture économique, sur la base de l’enquête de conjoncture de l’IEOM et du suivi des indicateurs macroéconomiques et financiers.

L’indicateur du climat des affaires (ICA), qui résume l’opinion d’un panel d’entrepreneurs interrogés par l’IEOM sur la conjoncture calédonienne, se redresse légèrement au 2e trimestre, après avoir perdu 14 points depuis début 2015. À 80 points, l’indicateur traduit toujours un climat des affaires fortement dégradé.

Parallèlement, les principaux indicateurs macroéconomiques sont légèrement mieux orientés. La consommation des ménages et l’investissement montrent quelques signes d’amélioration. Le déficit commercial se réduit, résultat de la hausse plus importante des exportations par rapport à celle des importations. La situation économique reste toutefois fragile, et le marché de l’emploi s’en ressent.

Dans un contexte de cours mondiaux légèrement mieux orientés, les recettes d’exportation des produits du nickel (minerai et produits métallurgiques) sont en hausse. La production du secteur primaire progresse, reflétant un retour progressif à des niveaux de production plus habituels. Dans le secteur du bâtiment, la construction privée confirme son dynamisme, comme en témoignent les volumes de financement accordés, mais ne suffit pas à compenser la faiblesse de la commande publique. Enfin, les professionnels du tourisme attestent d’une activité toujours soutenue, malgré un repli ce trimestre de la fréquentation.

Pour lire la publication : Tendances conjoncturelles du 2e trimestre 2016

À paraître prochainement, la note de suivi de l’évolution monétaire au 2e trimestre 2016.

Contrastant avec cette conjoncture qui reste peu favorable, l’activité bancaire demeure bien orientée. L’encours brut total des crédits octroyés par les établissements locaux progresse. Cette dynamique s’explique principalement par la hausse des crédits aux ménages, notamment des crédits immobiliers. Parallèlement, l’encours des actifs financiers détenus par les agents économiques progresse légèrement. La collecte locale nette reste dynamique sous forme de dépôts à vue et de comptes d’épargne à régime spécial.

L’IEOM a récemment publié :
« Nouvelle direction à l’agence de Nouméa »
Tableau de bord CEROM de septembre 2016

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne