La conjoncture économique et financière calédonienne en 2015

"Le moral retombe mais les fondamentaux résistent"

L’IEOM Nouméa publie ce jour sa note n°188 « L’économie de la Nouvelle-Calédonie en 2015 ». Cette synthèse annuelle dresse en 4 pages le bilan de la conjoncture économique et financière du territoire en 2015.

La consolidation de l’économie de la Nouvelle-Calédonie amorcée en 2014 ne s’est pas confirmée en 2015. Les entrepreneurs considèrent que la conjoncture s’est fortement dégradée et se disent nettement moins confiants sur leur courant d’affaires. Dans ce contexte, le marché du travail s’est dégradé, marqué par des destructions nettes d’emploi dans plusieurs secteurs. La demande d’emploi a progressé de manière continue, tandis que l’offre est restée atone.

Dans ce contexte de perte de confiance, les principaux déterminants de l’économie ont cependant résisté :

• La consommation des ménages s’est stabilisée. Les importations de biens alimentaires sont restées soutenues. Le marché automobile a continué à se dégrader, avec des immatriculations en baisse de 6,2 %.
• L’investissement est resté globalement bien orienté. Les importations de biens d’équipement ont progressé de 8,7 %. Le dispositif local de défiscalisation sur les logements intermédiaires a continué à soutenir la construction privée.
• Le déficit commercial s’est réduit, à la faveur de la chute des prix des matières premières.

Les évolutions sectorielles ressortent contrastées :

• Le secteur du nickel a connu une année difficile, marquée par la détérioration durable du cours mondial. La progression des volumes produits (+9,0 % pour le minerai brut, +13,6 % pour la métallurgie) pose la question des débouchés, en contexte de difficultés de certains clients traditionnels et de baisse de la demande chinoise. La faiblesse des prix a fortement impacté la valorisation du minerai et des produits métallurgiques à l’export (-5,1 % et -7,3 % respectivement, cobalt inclus) et pénalisé les résultats des opérateurs.
• Le BTP témoigne d’un volume d’activité satisfaisant, porté par le segment de l’habitat privé.
• Le secteur primaire, qui a souffert de la sécheresse (filière bovine) et de problèmes de natalité (filières crevette et de l’élevage porcin), présente un bilan globalement dégradé.
• La fréquentation touristique a rebondi en provenance des marchés voisins (Nouvelle-Zélande, Australie) tandis que le tourisme de croisière a poursuivi son essor.

L’activité financière est restée bien orientée, notamment en deuxième partie d’année. La collecte d’épargne a progressé et l’encours brut des crédits octroyés aux agents économiques a continué à augmenter (+3,2 % pour les entreprises, +4,9 % pour les ménages, +12,1 % pour les collectivités). Les établissements de crédit locaux ont vu leur PNB progresser, soutenu par la hausse des intérêts et des commissions, malgré une très légère détérioration de la qualité de leur portefeuille de crédit. Le taux de créances douteuses reste, à 3,14 %, au plus bas niveau de l’Outre-mer.

*****

Début 2016, la crise profonde et durable qui touche le secteur de la mine et de la métallurgie affecte fortement le moral des entrepreneurs et propage un certain attentisme à l’ensemble des secteurs d’activité, tandis que les tensions croissantes pesant sur les finances des collectivités limitent les perspectives de relance de l’économie par la commande publique.

Pour lire : L’économie de la Nouvelle-Calédonie en 2015

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne