Présentation économique de la collectivité

La Nouvelle-Calédonie dispose de richesses naturelles importantes et de fortes potentialités de développement.

Le tissu industriel de la Nouvelle-Calédonie est composé essentiellement de petites et moyennes industries. L’activité de ces PMI se concentre essentiellement dans les secteurs de la construction, de l’agro-alimentaire et des biens industriels en substitution des importations. La plupart de ces PMI sont situées à Nouméa ou dans les environs proches.

Parallèlement, l’industrie calédonienne est orientée vers l’exploitation et la commercialisation du nickel, la Nouvelle-Calédonie se situe en effet au 2ème rang des réserves mondiales estimées de nickel (11%) après l’Australie (23%). Aujourd’hui, trois usines sont en activité : SLN et Vale au sud, KNS au nord. Traité sur place ou exporté vers les pays industrialisés, le nickel (minerai et métallurgie) représente les 9/10 des exportations de la Nouvelle-Calédonie. Les richesses minières comportent également du chrome, du cobalt, du fer, du cuivre, de l’or et du manganèse, mais dans des proportions moins importantes que le nickel.

Le BTP est un secteur dynamique qui bénéficie du niveau soutenu des commandes publiques et privées.

Le secteur du commerce, actif et diversifié, se caractérise notamment par un réseau de grande distribution performant.

L’agriculture occupe une place traditionnelle et centrale dans la société néo-calédonienne avec des cultures vivrières en tribus et de grands élevages extensifs sur la côte Ouest (bovins, cerfs et volailles essentiellement).

Il existe trois types de pêche en Nouvelle-Calédonie, la pêche en lagon, la pêche côtière et la pêche hauturière. Cette dernière tend à se développer, notamment la pêche au thon dont 80 % des prises sont exportées vers le Japon.

L’aquaculture, qui produit essentiellement des crevettes, suscite un intérêt grandissant en Nouvelle-Calédonie. La filière de la crevette tropicale s’est imposée comme la seconde activité exportatrice de la collectivité.

Les atouts naturels de premier plan de la Nouvelle-Calédonie font de la collectivité une destination privilégiée. Le secteur du tourisme apparaît aujourd’hui comme un axe de développement prioritaire et un moyen supplémentaire d’ouvrir la Nouvelle-Calédonie sur son environnement régional.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne