Comptes et guichets

LE NOMBRE DE GUICHETS BANCAIRES ET AUTOMATIQUES

Au 31 décembre 2017, le réseau bancaire compte 149 guichets, dont 8 guichets périodiques, sur l’ensemble des cinq archipels de la Polynésie française. Au cours de l’année, les banques ont fermé deux guichets permanents sur l’île de Tahiti.
La réduction du nombre de guichets et la croissance de la population expliquent la légère dégradation du taux d’équipement bancaire : 1 guichet pour 1 852 habitants contre 1 guichet pour 1 817 habitants en 2016. C’est toutefois un niveau supérieur à celui de la France entière (de l’ordre de 1 guichet pour 2 360 habitants en 2016) et de la Nouvelle-Calédonie (1 guichet pour 2 189 habitants en 2016).

Avec 59 guichets, les îles de Tahiti et de Moorea concentrent 40 % du réseau. On dénombre 19 guichets aux îles Sous-le-Vent, 17 aux Marquises, 9 aux Australes et 45 aux Tuamotu-Gambier (dont 4 guichets périodiques).
Le nombre de distributeurs de billets et guichets automatiques (DAB-GAB) installés en Polynésie française progresse de 3,0 % en 2017 (soit +5 DAB-GAB), et s’établit à 173, son plus haut niveau.
Le taux d’équipement en automates bancaires (1 automate pour 1 595 habitants) demeure inférieur à celui de la France entière (1 automate pour 1 068 habitants en 2016) et de la Nouvelle-Calédonie (1 automate pour 1 061 habitants en 2016). Ces écarts sur les taux d’équipement bancaire (guichets et automates) se justifient par le morcellement géographique de la Polynésie française.
Par ailleurs, dans l’objectif de diminuer les opérations clientèle aux guichets traditionnels et de favoriser la productivité bancaire, sont apparues les bornes libre service (BLS). Elles proposent la distribution de billets et diverses opérations de banque les plus courantes (consultation de compte, virements, dépôts de chèques et d’espèces).

LE NOMBRE DE COMPTES BANCAIRES DE LA CLIENTÈLE

Au 31 décembre 2017, les banques locales et l’OPT gèrent 383 730 comptes bancaires, soit 1 531 comptes de plus qu’en 2016. Cette évolution s’explique par la hausse du nombre de comptes à vue (+2,0 %), au détriment des comptes à terme (-5,6 %), dans un contexte de faiblesse des taux de rémunération servis. Les comptes d’épargne à régime spécial diminuent également (-0,9 %), en lien avec le retrait des livrets ordinaires (-0,2 %) et des plans d’épargne-logement (-7,8 %), alors que du nombre de comptes d’épargne-logement progresse (+2,1 %). Le nombre de comptes par habitant se maintient à 1,4.

Sur les cinq dernières années, le taux de bancarisation évolue peu, aux alentours de 0,8 compte à vue par habitant.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne