Présentation géographique du territoire

La Polynésie française occupe, dans le Pacifique sud, une vaste zone maritime comprise
entre 7° et 28° de latitude sud et 134° et 155° de longitude ouest, d’une superficie comparable
à celle de l’Europe (2,5 millions de km²). La distance entre Papeete et Hiva Oa (archipel des
Marquises) est comparable à celle séparant Paris de Stockholm. Cette dispersion géographique
rend toute stratégie de désenclavement coûteuse en termes d’infrastructures de transport et de
services publics.

Centre économique et administratif de la Polynésie française, l’île de Tahiti est distante
de 18.000 km de Paris, 8.800 km de Tokyo, 6.600 km de Los Angeles, 6.000 km de Sydney,
5.000 km de Nouméa. Elle fait partie du fuseau horaire GNU - 10. Le décalage horaire entre
Tahiti et Paris est donc de 11 heures en hiver et 12 heures en été.

Les 118 îles que compte la Polynésie française ne représentent qu’une superficie
émergée d’environ 3.600 km². Elles sont regroupées en cinq archipels :

  • l’archipel de la Société, 1.600 km², à l’ouest de cet ensemble, réunit les îles du Vent (Tahiti, Moorea, Tetiaroa, Maiao et Mehetia), et plus à l’ouest, les îles Sous-le-Vent (Raiatea, Tahaa, Huahine, Bora Bora et Maupiti) ;
  • l’archipel des Tuamotu, 690 km², se compose de 80 atolls coralliens répartis sur une vaste bande orientée nord-ouest - sud-est, dont les plus vastes sont Rangiroa, Fakarava, Makemo et Hao ;
  • l’archipel des Marquises, 1.040 km², situé au nord, compte quatorze îles dont six sont habitées : Nuku Hiva, Ua Pou, Hiva Oa, Tahuata, Ua Huka et Fatu Hiva ;
  • l’archipel des Gambier, 40 km², prolonge au sud-est l’archipel des Tuamotu et comprend cinq îles hautes et quelques îlots à l’intérieur d’une ceinture corallienne. Seule Mangareva, l’île principale, est habitée ;
  • l’archipel des Australes, au sud, comporte cinq îles couvrant une surface de 150 km² : Tubuai, Rurutu, Raivavae, Rimatara et Rapa.

Les îles de la Société ainsi que les Marquises, les Australes et certaines îles des Gambier
sont des îles « hautes » d’origine volcanique. Le plus haut sommet est le mont Orohena, à
Tahiti, qui atteint 2.241 mètres. Les îles « basses », situées essentiellement dans les archipels
des Tuamotu et des Gambier, sont des atolls d’origine madréporique : une étroite couronne de
corail, sans relief, entoure plus ou moins complètement un lagon.

La Polynésie française bénéficie d’un climat chaud et humide, tempéré par les alizés du
sud-est, dont les caractéristiques varient sensiblement selon la latitude, le relief et l’exposition
aux vents dominants. L’alternance de saisons humides et de saisons sèches est relativement
peu contrastée : le climat, chaud et pluvieux de novembre à avril, est relativement frais et sec
de mai à octobre. La température moyenne annuelle est de 27°C à Papeete (25,5°C sur
l’ensemble de la Polynésie française).

Les précipitations annuelles sont supérieures à 1.350 mm, sauf aux Marquises et aux
Tuamotu de l’est et peuvent varier sensiblement selon la topographie des îles et l’exposition au
vent. Ainsi à Tahiti, il tombe en moyenne 3.550 mm d’eau par an sur la commune de Hitia
située sur la côte est, alors que de l’autre côté de l’île, à Punaauia par exemple, exposée sous le
vent, les précipitations ne sont que de 1.500 mm d’eau par an. Enfin, le taux d’humidité au
niveau de la mer oscille entre 79 % et 80 %.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne