Rappel historique et cadre institutionnel

Le peuple polynésien s’est installé par vagues migratoires successives de 300 après J.C. à la fin du XIVe siècle. Les Européens, pour leur part, ont atteint la Polynésie française dès 1521 (Magellan) pour s’installer après l’arrivée du capitaine Wallis (1767).

Dès le début du XIXème siècle, la dynastie des Pomare étend son influence sur Tahiti ainsi que les Tuamotu et les îles Sous-Le-Vent. Elle conclut un traité de protectorat avec la France en 1842, puis, en 1880, le roi Pomare V cède à la France la souveraineté sur les îles dépendant de la couronne de Tahiti, donnant naissance aux Établissements français de l’Océanie (EFO). Ces derniers deviennent une collectivité d’outre-mer avec la création de l’Union française en 1946 et sont appelés Polynésie française à partir de 1957. Les Polynésiens confirment par referendum en 1958 leur rattachement à la France.

L’installation du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP) en 1960, puis les essais nucléaires, qui s’étalèrent jusqu’en 1996, ont modifié en profondeur l’économie et la société polynésiennes.

Accordée dès 1977, l’autonomie de gestion est complétée par le statut d’autonomie interne en 1984. Celui de 1996 donne à la Polynésie française une personnalité propre au sein de la République et celui de 2004 des pouvoirs élargis, l’État ne conservant qu’une compétence centrée sur ses fonctions régaliennes.

Cependant, la réforme de 2004, qui accroît le nombre des représentants à l’Assemblée de la Polynésie française de 49 à 57 membres élus pour 5 ans au suffrage universel direct, débouche sur une longue période d’instabilité politique, que l’adoption de deux lois organiques visant l’amélioration du fonctionnement des institutions ne peuvent endiguer (pas moins de onze gouvernements se succèdent jusqu’en 2013).

Le 1er août 2011, une nouvelle loi organique relative au fonctionnement des institutions est adoptée afin de restaurer la stabilité. Elle est en œuvre avec l’installation d’une nouvelle Assemblée à l’issue des élections territoriales de mai 2013.

  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne