Le secteur primaire à Wallis-et-Futuna

Le secteur primaire occupe une place importante sur l’archipel ; il concentre plus d’un tiers des entreprises patentées du Territoire, mais faible est le nombre de salariés déclarés dans cette branche. Peu développé et structuré, ce secteur est essentiellement de type traditionnel ; l’agriculture, l’élevage, l’artisanat et la pêche sont très peu intégrés dans l’économie marchande, davantage tournés vers la satisfaction des besoins familiaux et coutumiers.

L’autoconsommation (alimentaire et non alimentaire) est estimée à 40 % de la consommation des ménages et un peu plus d’un quart du PIB de l’archipel. L’autoconsommation alimentaire est pratiquée par plus de 80 % des ménages et représente en moyenne 26 % de la dépense alimentaire totale. Fonction décroissante des ressources monétaires et du nombre d’emplois salariés composant le ménage, l’autoconsommation permet de réduire les inégalités sociales face au coût important de la vie sur l’archipel.

Le secteur primaire tend à être délaissé par les jeunes, plutôt incités à intégrer la fonction publique. Un dispositif d’aide à l’installation de jeunes agriculteurs et la création d’un fonds de solidarité en cas de catastrophes naturelles sont à l’étude.

Dans un contexte de tissu économique encore faiblement structuré, l’agriculture, l’élevage et la pêche représentent une voie à privilégier pour la création de richesses et d’emplois sur le Territoire. Ces filières ont en effet la particularité d’offrir un potentiel de développement rapide et un besoin en investissement a priori financièrement mesuré.

Il convient de souligner qu’une plus grande productivité des différentes filières du secteur primaire, dans un cadre commercial, qu’il convient de développer, permettrait de réduire la dépendance du Territoire aux importations et de contenir l’accroissement des prix.

Le plan pluriannuel attendu pour le secteur primaire s’inscrit dans une stratégie de développement économique endogène durable propice à mieux fixer les populations. Il permettra l’adoption d’axes prioritaires pour les politiques publiques ainsi que la définition de moyens pour une agriculture de qualité.

Lire la Note expresse

Document attaché
  1. Polynésie française  
  2. Accueil site  
  3. Nouvelle-Calédonie  
  4. Wallis-et-Futuna  
  5. espace abonne