FERMER

Nouvelle-Calédonie

Janvier 2021

29 01 21
Publication de la balance des paiements 2019 en Nouvelle-Calédonie
Publication de la balance des paiements 2019 en Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie présente un déficit important et structurel de sa balance des transactions courantes (-77 milliards XPF). Ce déficit double quasiment sur l’année (-40 milliards XPF en 2018). Cette dégradation provient principalement de l’augmentation du déficit commercial (lié aux investissements exceptionnels dans le secteur des transports : avions, bus de transport en commun, palangriers) et dans une moindre mesure, du déficit des échanges de services. Le compte financier fait apparaître des entrées nettes à hauteur de 105 milliards XPF, en lien avec une hausse marquée des entrées nettes d‘investissements directs (+124 % sur l’année). Ces IDE entrants couvrent essentiellement des opérations financières entre maisons-mères et filiales du secteur du nickel. Les besoins en capitaux étrangers ont changé de nature (avant ils étaient liés à la construction des usines) puisqu’ils reflètent désormais le renflouement des exercices déficitaires des opérateurs.

https://www.ieom.fr/nouvelle-caledonie/publications/rapports-annuels/rapport-annuel-de-la-balance-des-paiements/article/rapport-annuel-2019-de-la-balance-des-paiements-de-nouvelle-caledonie

28 01 21
Les finances publiques sont confrontées à des besoins exceptionnels
Les finances publiques sont confrontées à des besoins exceptionnels

Les finances publiques ont été durement impactées par les dépenses liées à la crise du Covid-19 (chômage partiel, coût des rapatriements et de la quatorzaine, du report de cotisations) et par la baisse de la TGC mais aussi de l’impôt sur les sociétés (IS). Le prêt AFD garanti par l’Etat de 28,5 milliards XPF a permis de faire face à ces besoins de trésorerie exceptionnels dans ce contexte de crise mais n’est pas suffisant pour répondre aux besoins de l’année 2021 aux vues des incertitudes sur le niveau des recettes fiscales, et des dépenses à venir. Ces besoins seront aggravés en raison de la mise en chômage partiel de 1200 salariés de Vale, de 660 salariés des sous-traitants de Vale, et de potentiellement 220 salariés de la SLN. Dans ce contexte, la CAFAT pourrait avoir à verser jusqu’à 294 millions XPF et a donc demandé une aide exceptionnelle de 600 millions XPF au gouvernement pour parvenir à assumer les indemnisations de chômage partiel.

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/la-cafat-demande-une-aide-de-600-millions-de-francs-au-gouvernement-914070.html
https://outremers360.com/bassin-pacifique-appli/protection-sociale-outre-mer-le-gouvernement-caledonien-se-penche-sur-le-gouffre-du-ruamm

28 01 21
 Situation critique à la SLN
Situation critique à la SLN

En décembre, le centre minier de la SLN à Kouaoua avait été bloqué par le collectif « Usine du Sud = Usine Pays », puis la serpentine incendiée. En conséquence, l’activité s’est arrêtée et plus de 200 personnes ont été mises en chômage partiel. D’autres sites ont également été touchés comme Népoui, Poya, Thio et Koumac, impactant considérablement l’approvisionnement en minerai et les stocks (historiquement bas).
Durement affectée par ces blocages, la SLN a sollicité une procédure de conciliation le 20 janvier, permettant de trouver un accord entre l’entreprise et ses créanciers pour une durée de quatre mois. En parallèle, la demande d’export de 2 millions de tonnes supplémentaires par an a été rejeté par le gouvernement. Cette demande, qui est un des piliers du plan de relance de la SLN, permettait « d’avoir la visibilité pour faire les investissements et les recrutements nécessaires » selon le directeur général M. Guillaume VERSCHAEVE.

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/province-nord/kouaoua/la-sln-envisage-le-chomage-partiel-a-kouaoua-908584.html
https://www.lnc.nc/article/nouvelle-caledonie/mines/nickel/guillaume-verschaeve-directeur-general-de-la-sln-nous-sommes-en-flux-tendu-sur-toute-la-chaine
https://www.lnc.nc/article/nouvelle-caledonie/mines/nickel/gros-plan-sln-pas-d-autorisation-d-export-de-minerai

28 01 21
Le rachat de Vale NC reste sujet à de fortes tensions
Le rachat de Vale NC reste sujet à de fortes tensions

Vale a signé un accord, qui prévoit une cession effective au plus tard le 12 février 2021 de ses 95% de capital dans l’Usine du Sud au consortium Prony Resources dont l’actionnariat fait toujours l’objet de négociations. Cependant, cette reprise des parts de Vale par le Consortium Prony Resources est vivement rejetée par le collectif « Usine du Sud - Usine Pays » et l’Instance Coutumière autochtone de négociations (Ican) qui exigent un nouveau montage, qui porterait les intérêts calédoniens à hauteur de 100% grâce à un financement de l’opération par des prêts de l’Etat, et l’implication des provinces.

https://www.lnc.nc/article/nouvelle-caledonie/mines/nickel/usine-du-sud-vale-nc-redoute-une-catastrophe-economique-et-sociale

28 01 21
Projet de réforme de la TGC (taxe générale sur la consommation) présenté au congrès
Projet de réforme de la TGC (taxe générale sur la consommation) présenté au congrès (...)

Le jeudi 7 janvier, le gouvernement a présenté son projet de réforme et de simplification de la TGC devant le congrès. En 2019, les recettes fiscales se sont élevées à 42 milliards XPF, soit 9 milliards de moins que prévu, en raison d’exonérations accordées à certains secteurs, de baisses de taux sur certains produits et d’une baisse de la consommation des ménages sur les produits les plus taxés. Ainsi, plusieurs pistes de réforme ont été présentées aux élus : diminution du nombre de taux, mise en place d’un taux unique, suppression de certaines exonérations.

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/tgc-presentation-du-projet-de-reforme-au-congres-909290.html

28 01 21
Augmentation des prix du transport de marchandises entre la Chine et l’Europe
Augmentation des prix du transport de marchandises entre la Chine et l’Europe

Le coût du transport de marchandises depuis la Chine a été multiplié par quatre ces huit dernières semaines en raison d’une hausse de dépenses en biens de consommation et de la chute de capacité du fret aérien, selon les analystes. Toutefois, cette montée des prix devrait redescendre dès le retour à la normale des modes de consommation.

https://www.ft.com/content/ad5e1a80-cecf-4b18-9035-ee50be9adfc6