LE NOMBRE DE GUICHETS BANCAIRES ET AUTOMATIQUES

Au 31 décembre 2017, la Nouvelle-Calédonie compte 112 guichets bancaires permanents (y compris les 42 guichets proposant les services financiers de l’OPT). Au cours de l’année 2017, deux nouveaux guichets ont ouvert leur porte dans la zone du Médipôle, sur la commune de Dumbéa. Les guichets permanents sont essentiellement concentrés au sein de l’agglomération du Grand Nouméa, principal centre économique et administratif du territoire, avec 67 % du nombre total d’agences bancaires (pour la même proportion de la population du territoire). Avec un guichet bancaire pour environ 2 500 habitants, l’équipement de la Nouvelle-Calédonie en guichet est relativement stable, et reste inférieur à celui de la France métropolitaine (un guichet bancaire pour 1 800 habitants en 2016).

À fin 2017, le nombre de distributeurs de billets et de guichets automatiques (DAB-GAB) installés en Nouvelle-Calédonie s’accroit de 19 unités, soit la plus forte hausse depuis 2012. L’OPT a déployé 10 unités supplémentaires quand les banques FBF en ont installé neuf. Ces nouveaux équipements sont essentiellement situés dans le Grand Nouméa et dans les zones en développement de l’agglomération (notamment dans le secteur du Médipôle et sur Nouville).

Le taux d’équipement s’améliore mécaniquement, avec un ratio d’un automate bancaire pour 991 habitants, au delà de celui de la métropole (1 108 habitants par automate en 2016). La mise en place de bornes libre services (BLS), qui proposent la distribution de billets et de multiples opérations courantes (consultation de compte, virements, dépôts de chèques et espèces), témoigne de la mutation technologique des canaux de distribution des établissements de crédit.

LE NOMBRE DE COMPTES BANCAIRES DE LA CLIENTÈLE

Au 31 décembre 2017, les établissements de crédit installés localement gèrent 540 500 comptes, (+1,3 %, soit 6 900 comptes de plus qu’un an auparavant). La progression du nombre de comptes de dépôts à vue se poursuit (+2,9 %). En revanche, le nombre de comptes à terme continue de se replier en 2017 (-8,8 %, en lien avec une diversification de la ressource sur le territoire et des taux moins attractifs sur les dépôts à terme). L’épargne logement poursuit également sa baisse (-2,7 % pour le nombre de CEL et -8,1 % pour celui des PEL).

L’encours moyen d’un compte de dépôt à vue repart à la hausse (+4,9 % par rapport à 2016), toute clientèle confondue (particuliers, entreprises, divers) et s’établit à 1 462 milliers de F CFP à fin décembre 2017. L’encours moyen des comptes sur livrets progresse légèrement en 2017 (+0,4 %, après +1,2 % en 2016 et +1,9 % en 2015).

Le taux de bancarisation (nombre de comptes à vue par habitant) s’améliore progressivement, pour s’établir à 87 % à fin 2017, soit une progression de 24 points de pourcentage en 12 ans. Néanmoins, il reste encore nettement inférieur à celui observé pour la France entière (126 % en 2016).